Circuit au Rajasthan : Terre des Princes

Un circuit contrasté de cette terre de légende vous emmenant à la découverte d’ex-cités royales du Rajasthan, bastions de la caste chevaleresque des princes rajpoutes : de la « ville bleue » à la « ville rose », Jodhpur et Jaipur : autant de couleurs, de parfums, d’hommes, et d’architectures composant le riche tableau du « pays des princes ». Avec, en marge de ces grandes villes phares de l’histoire et d’une culture régionales, une plongée au cœur de la vie rurale à la faveur d’étapes plus champêtres en hébergements de charme. Le Rajasthan  reflète parfaitement la diversité des couleurs et des senteurs de l’Inde, la puissance passée et le développement du 21ème siècle, le modernisme et les traditions ancestrales, la mutation d’un pays à la croissance exponentielle de sa population qui en fera bientôt le pays le plus peuplé du monde. Nuit à l’hôtel.

Delhi

Jour 1 : DELHI

A l’arrivée à Delhi et accueil par notre représentant indien et transfert à votre hôtel.

Découverte panoramique de Delhi, la capitale indienne dont la croissance rapide et exponentielle en ferait presque oublier le rôle politique. Delhi et ses deux villes, l’indienne et l’anglaise qui, côte à côte, donnent en un seul regard, un témoignage de l’histoire récente du pays. Coup d’œil extérieur au fort Rouge édifié au XVIIe siècle et à la mosquée Jama Masjid, la plus grande mosquée du sous-continent indien. Vous traverserez ensuite le trépidant bazar de Chandni Chowk. Puis vous vous dirigerez vers New Delhi, ville décidée par le Roi Georges V en 1911 et créée par l’architecte Luytens et officiellement inaugurée en 1931 par les Anglais. Vous descendrez Jan Path, grande artère commerçante perpendiculaire à Raj Path, la voie royale de 2km sur laquelle ouvrent la plupart des bâtiments officiels du gouvernement indien : Rashtrapati Bhawan, le palais du président de la République (ancienne résidence du vice-roi des Indes), le Secretariat (Finances et Affaires Etrangères) et le Parlement. A l’extrémité est de Raj Path vous passerez devant l’India Gate, la Porte de L’Inde, Arc de Triomphe qui porte les noms des 100.000 soldats indiens de l’armée des Indes morts sur les champs de batailles européens de la Première Guerre Mondiale. Puis vous visiterez le Qtub Minar (la tour de la victoire), le vestige le mieux préservé de la première ville musulmane édifié à l’emplacement de l’actuelle Delhi. Ce minaret inachevé de plus de 72m de hauteur et 14 m de diamètre à la base fut édifié par le « roi-esclave » turc, Qutb-ud-din-Aibak en 1199 pour célébrer sa victoire sur le dernier souverain hindou de Delhi. Sur la base en grès rouge sont sculptés des sourates du Coran.

Jour 2 : SHEKHAWATI / BIKANER (ENVIRON 3H30)

Petit-déjeuner à l’hôtel.

Route pour la région du Shekhawati (environ 5h30 de route). La région du Shekhavati est célèbre pour ses havelis, riches demeures de marchands construites principalement entre 1860 et 1900 et délicatement décorées de fresques aux motifs variés et colorés, de balcons et colonnes sculptés. La région du Shekhavati (littéralement la province de Shekha) faisait à l’origine partie du Royaume d’Amber. Son fondateur, Rao Shekha (1433-1488), en fit un état indépendant qui se maintint jusqu’en 1738, date à laquelle il retourna à Jaipur. Havre fiscal, la principauté dut sa prospérité au commerce caravanier du temps de l’Empire Moghol. A l’époque, les marges de l’empire en proie à la résistance des Marathes, le Shekhawati s’imposa comme le trajet le plus sûr et le plus direct vers les ports maritimes du Gujerat sur la mer d’Oman. Lorsque l’empire moghole périclita et que la compagnie des Indes orientales gagna en influence les marchands marwari du Shekhawati firent fortune dans les grands ports commerçants fondés par les britanniques et se mirent à ériger dans leur fief d’origine en plus de leurs superbes havelis et leurs cénotaphes cinq édifices publics afin que la postérité conserve un bon souvenir de leur personne. Ainsi chaque villes est doté d’un temple, un puits, un réservoir, une école, une étable ou encore un jardin. Aujourd’hui les havelis sont largement abandonnées par les descendants de leurs fondateurs et confiées à la surveillance de modestes gardiens. Aussi les bourgs du Shekhawati apparaissent-ils souvent comme des villes fantômes et ce patrimoine exceptionnel est en péril. Découverte des havelis du bourg de Mandawa et leurs superbes fresques dont certaines témoignent de l’influence britannique.

Nuit à l’hôtel

Jour 3 : BIKANER / JODHPUR

Bikaner fut fondée au 15ème siècle par un cadet de la maison de Jodhpur, décidé à se tailler un fief dans ces confins désertiques du Thar, avec pour seule ressource le passage des caravanes. Ses descendants bâtirent une formidable forteresse, dont les palais portent encore de gracieuses peintures murales ; leur douceur contraste avec la sévérité des remparts qui les gardent. L’Etat de Bikaner fut au temps du Raj l’une des principautés les plus fastueuses du Rajasthan. Dans l’après-midi vite du fort de Jūnāgadh et les bazars coloré de la ville.

 

Nuit à l’hôtel.

Jour 4 : BIKANER / JODHPUR

Matinée de route pour Jodhpur, la ville ‘bleue’ (environ 5h30). Déjeuner à l’hôtel en arrivant puis découverte de la ville. Visite de l’impressionnante forteresse de Meherangarh dont la plupart des bâtiments visités aujourd’hui datent du XVIIè siècle. Le contraste entre ses massifs et imposants murs de grès rouge et la finesse de ses décorations intérieures est saisissant. Perché sur son nid d’aigle, il fut fondé en 1459 par Rao Jodha et domine de 120 mètres la plaine aride et la cité. Surnommé Mehrangarh, le « fort de majesté », c’est l’un des plus grands et des plus beaux du Rajasthan. Il protège une suite de palais en pierre rouge sombre, dont les fenêtres étonnamment ouvragées montrent tout l’accomplissement de l’art rajpoute ; il abrite de remarquables collections de miniatures, d’armes, de palanquins, de berceaux et autres objets précieux. Puis visite du Jaswant Thada, un superbe mausolée de marbre blanc construit à la mémoire du Maharaja Jaswant Singh( 1629-1680 ). A proximité se dressent les cénotaphes des souverains de Jodhpur.

Balade dans les ruelles labyrinthiques de la vieille ville aux maisons peintes en bleu qui s’étalent au pied de la puissante forteresse et découverte du pittoresque marché Sardar Market situé autour de la tour de l’horloge (Clock Tower) dont l’architecture coloniale de la fin du XIX siècle mêla modernisme et couleur locale. C’est surtout l’après-midi que le commerce des épices, fruits, légumes, articles de quincaillerie, bijoux et objets d’artisanat prennent toute leur activité.

Nuit à l’hôtel.

Jour 5 : JODHPUR / PUSHKAR / JAIPUR

Petit-déjeuner à l’hôtel.

Matinée de route pour Pushkar (environ 4h).

Pushkar, l’un des lieux les plus sacrés de l’hindouisme, grâce à son bassin dont l’origine est considérée comme miraculeuse. Des pèlerins du Rajasthan, mais aussi de toute l’Inde, viennent sur ses ghats, à l’endroit où Brahma accomplit un sacrifice après avoir tué un démon qui dévastait la région. On se purifie ainsi dans le lac qui fut créé par un pétale de fleur de lotus avec laquelle Brahma avait occis la créature malfaisante. Déjeuner à l’hôtel puis visite des temples de Pushkar et promenade autour des ghats qui descendent vers le lac. Autour d’un vaste bassin accessible par des escaliers monumentaux, se trouvent des temples qui font de cet endroit, enchâssé dans un écrin de collines, un sanctuaire fort vénéré de l’hindouisme, depuis des temps très reculés. Toutefois, ses plus anciens temples furent détruits au 17ème siècle par Aurangzeb. Balade sur les ghâts (rives aménagées du lac) et dans le très vivant bazar. Route pour Jaipur, la ville ‘rose’ (environ 4h). Jaipur, « la ville rose », est corsetée par une immense muraille crénelée; elle endigue avec peine les marées humaines qui animent la partie la plus fascinante de la turbulente métropole du Rajasthan, avec ses bazars bourdonnant d’activité, ses temples, ses palais fastueux, d’étranges instruments d’une taille monumentale conçus par un maharaja astronome pour déchiffrer les secrets du ciel, et cet intrigant paravent aux chimères qu’est le Hawa Mahal, le palais des Vents. Jaipur est bien une curieuse cité, d’un plan inhabituel en Inde avec ses rues rectilignes, larges et à angle droit, qui témoignent d’un passé relativement récent, mais non sans noblesse.

Nuit à l’hôtel.

Jour 6 : JAIPUR

Petit-déjeuner à l’hôtel.

Coup d’œil au Palais des Vents (Hawa Mahal) qui n’est en réalité qu’une façade rose à cinq galeries, ornée de gracieux balcons suspendus et de cintres dorés.  Le palais fut construit en 1799, pour que les femmes royales puissent regarder à travers ses 593 écrans de pierre sans être vues.

Route pour le Fort d’Amber situé à flanc d’une magnifique colline à laquelle vous accèderez à dos d’éléphants (ou en jeep). Entouré de remparts fortifiés, il est à cheval sur deux chaînes de montagnes couvertes d’une toundra couleur sépia dans les monts Aravalli qui dominent le lac Maota. Au-dessus, le sommet est couronné d’un bastion fortifié escarpé, et les montagnes environnantes sont treillissées de murs crénelés.

La ville d’Amber située au carrefour des routes de Delhi et Agra, mène ensuite au lieu saint musulman de la ville d’Ajmer et de la ville commerciale de Sanganer (aujourd’hui important centre de production textile). L’origine se son nom vient de la déesse Amba Mata vénérée par les communautés autochtone, notamment les tribus mina qui peuplaient déjà la région avant l’arrivé des rajpoutes Kacchwaha. Amber fut fondée au XIIe siècle par le premier seigneur kachhawaha qui installa un temple dédié à Ambikeshwara et le vieux palais Bala Bai ki Sal. Contrairement à Jodhpur, Jaisalmer, et la plupart des autres villes du Rajasthan qui se développent autour d’une émergence rocheuse avec, au sommet, le palais ou le fort du Maharaja, Amber est une ville installée dans un réseau de vallons  dont l’exigüité constitue une  limite à toute possibilité d’extension. C’est pendant le règne de Man Singh I (1590-1614) que commence l’âge d’or de la ville. Pendant cette période marquée par la paix et la prospérité, le raja fait construire le fort Jaighar et le palais. Voulant renforcer le rayonnement de sa ville, il fait venir de Jessore, au Bengale, l’idole de Shiva Devi qu’il installe dans un nouveau temple construit à l’intérieur du palais. Suite à son allégeance à Akbar, il fait aussi bâtir une mosquée et un jardin. De l’établissement de ces liens avec le souverain moghole naquit un métissage culturel mêlant références hindoues, rajpoutes et musulmanes. Durant son règne, de 1621 à 1667, Jai Singh I, qui obtient de l’empereur Shah Jahan en 1639 le titre de Mirza Raja (enfant royal), entreprend de grands travaux pour moderniser et embellir sa ville. Il fait construire plusieurs temples et agrandir son palais au point que celui-ci devient comparable à ceux des grands empereurs moghols avec un Diwan-i-Khas, « salle des audiences privées », et un Diwan-i-Am, « salle des audiences publiques », sur le modèle de celles d’Agra. Les enchaînements de cours, de salles hypostyles ouvrant par des balcons et des moucharabiehs sur un paysage de lacs et de collines, les jardins suspendus, les décors sculptés dans la pierre la plus dure, les peintures à la feuille d’or, tout concourt à la splendeur de ce palais. Le salon Jai Mandir au plafond couvert de tesselles d’or, de miroir et d’ivoire est un sommet du raffinement. Mirza Raja Jai Singh I réunit autour de la ville de nombreux ateliers d’arts décoratifs : émaux, papiers, tapissiers, ainsi que des artistes, des danseurs et des musiciens. C’est un fin lettré qui parle hindi, persan, turc et arabe classique. Cette ouverture sur le monde moghol et perse va faire d’Amber un lieu de rayonnement culturel. Ram Singh I (1667-1688) et Vishnu Singh (1688-1700) compléteront l’ensemble du palais jusqu’à l’avènement de Sawai Jai Singh II. Celui-ci décide de faire construire la ville de Jaipur mais n’en abandonne pas pour autant la ville et le Palais d’Amber qui reste un lieu important de pouvoir et de religion et est appelé à jouer un rôle essentiel dans la protection militaire de la nouvelle ville. Aussi les travaux d’embellissements se poursuivent-ils, illustrés par exemple par la réalisation de l’immense Jaleb Chowk, première cour du palais destinée aux mouvements de cavalerie et à la parade des éléphants. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle que les souverains de Jaipur se désintéresseront des collines de la ville d’Amber.

Retour en ville.

Découverte de Jaipur. Visite du City Palace, de couleur laurier-rose, cœur symbolique de la capitale. Il sert toujours de résidence royale et de toile de fond à certaines fêtes officielles. Le palais de Jai Singh est une métropole miniature enchantée, occupant un septième de toute la superficie de la vieille ville. Des critiques d’architecture ont qualifié l’ensemble,  de « synthèse la plus hardie et la plus réussie des styles moghol et rajput ». Puis visite Du Jantar Mantar, fascinant observatoire astronomique de Jai Singh. La passion de Jai Singh pour l’astronomie l’incita à se pencher sur les textes anciens, à méditer sur les calculs d’Euclide et de Ptolémée, et à ébranler les théories européennes contemporaines en astronomie. Il fut le premier astronome indien à mettre l’accent sur l’observation scientifique davantage que sur la théorie, et il alla jusqu’à réviser le calendrier lunaire indien et les tables astrologiques.

 Puis temps libre pour découvrir à pied les pittoresques et colorés bazars (la plupart des bazars sont fermés le dimanche) de la vieille ville intra-muros : les boutiques de tissus de Sireh Deori Bazaar surmontées de coupoles roses, les bijoutiers de Johri Bazaar , les échoppes de tissus de Bapu Bazaar, Nehru et Indira Bazaars où sont vendus les tissus imprimés à la planche de bois et les bandhani (tissus noués et teints), les parfumeries et chaudronnier d’art de Krishanpol Bazaar, ou encore Chandpol Bazaar des échoppes bigarrées proposent épices, lithographies de divinités populaires hindoues et bracelets de mariage aux couleurs vives.

Nuit à l’hôtel.

Jour 7 : JAIPUR / KALAKHO

Petit-déjeuner à l’hôtel.

Le matin libre à jaipur

Vers l’après-midi départ pour Kalakho, enroute visite  Abhaneri, visite du Baori, profond bassin aux marches sculptées vous permettant ainsi de découvrir comment les habitants de cette région aride ont récolté l’eau pendant la saison des pluies pour une utilisation ultérieure (irrigation, lavage). Au retour arrêt pour la visite du superbe puits en escalier Chand Baori dans le village d’Abhaneri et pour un détour au Temple de Balaji. Retour à Kalakho.

 Nuit à l’hôtel.

Jour 8 : KALAKHO / AGRA

Route pour Agra (trajet d’environ 4h30) et la visite sur le trajet de Fatehpur Sikri, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, qui fut l’une des capitales de l’empereur moghol Akbar, fils d’Humayun. Les magnifiques ruines faites de pierre de grès rouge au milieu de la plaine sont le somptueux héritage de la ville construite sous l’empereur Akbar, fondées en 1569 puis abandonnée 25 ans plus tard à cause du manque d’eau. Vous verrez la grande mosquée, le palais de Jodha Bai, le Panch Mahal … qui s’étendent devant vous comme des fantômes magnifiques. Elle est restée presque intacte. L’empereur Akbar la conçut comme une ville « moderne » utopique dont l’architecture porte la marque de la personnalité brillante  de son souverain. Fatehpur Sikri témoigne de manière exceptionnelle de la civilisation moghole à la fin du XVIe siècle. Le site offre un exemple unique d’ensembles architecturaux de très grande qualité construits entre 1571 et 1585. Son plan et sa physionomie ont fortement influencé l’évolution de l’urbanisme indien, notamment à Shahjahanabad (la vieille ville de Delhi). La « ville de la Victoire » n’eut qu’une existence éphémère en tant que capitale de l’empire moghol. L’empereur Akbar (1556-1605) décida de sa construction en 1571 à l’emplacement de la naissance de son fils, le futur Jahangir, selon la prédiction du sage Shaikh Salim Chisti (1480-1572). Le travail, supervisé par le Grand Moghol lui-même, était terminé en 1573. Cependant, en 1585, Akbar abandonna Fatehpur Sikri pour lutter contre les tribus afghanes et choisit une nouvelle capitale, Lahore. Fatehpur Sikri ne devait redevenir qu’une seule fois le siège de la cour du Grand Moghol en 1619, pendant trois mois, lorsque Jahangir s’y réfugia pour échapper à la peste qui frappait Agra et le site fut finalement abandonné, jusqu’à son exploration archéologique en 1892. Cette capitale sans futur, située à quelque 40 km d’Agra, fut cependant bien plus que le caprice d’un souverain au cours de ses quatorze ans d’existence. Estimée en 1585 par Ralph Fitch qu’elle était « beaucoup plus grande que Londres, et plus peuplée », elle comportait une série de palais, d’édifices publics, de mosquées, ainsi que des habitations pour la Cour, l’armée, les serviteurs du roi et toute la population dont l’histoire n’a pas été documentée. Seule une petite partie de la ville (celle dans laquelle se concentrent les grands édifices) a pu être à ce jour étudiée, visitée et relativement bien préservée.

Fatehpur Sikri, construite sur un plateau rocheux au sud-est d’un lac artificiel créé pour l’occasion et

aujourd’hui partiellement asséché, est bordée sur trois côtés par un mur de 6 km de longueur fortifié par des tours et percé de sept portes (la mieux conservée est la porte d’Agra, la seconde depuis le nord). Cette spacieuse enceinte définit les limites de la nouvelle fondation plus qu’elle n’assure sa protection. La plupart des monuments importants se trouvent au nord de la route qui va de Gaza à Agra ; construits en grès rouge, ils forment un groupe homogène, même si leur style,fondé sur des emprunts aux traditions hindoues, perses et indo-musulmanes, est manifestement éclectique. Parmi les nombreux palais, gazibos et pavillons, on retiendra en particulier le Diwan-i-Am, la salle des audiences publiques, ceint d’une série de portiques interrompus par la loge impériale où Akbar, entouré par ses ministres et ses officiers, rendait la justice. Cette loge communique directement avec le Daulat Khana, le palais impérial, flanqué au nord par le Diwan-i-Kas, la salle des audiences privées, appelée le « pavillon des Joyaux » ; ce monument est connu pour son plan centré qui renferme un extraordinaire chapiteau surmonté par un balcon circulaire. D’autres monuments exceptionnels sont le Ranch Mahal, dont l’élévation sur quatre niveaux de taille décroissante rappelle certains temples bouddhiques, le pavillon d’Anup Talao, ou de la Sultane turque, le palais de Jodh Bai, le palais de Birbal, le caravansérail et la construction à la fonction incertaine connue sous le nom d’« écuries ». Du fait de la piété d’Akbar, Fatehpur Sikri comporte beaucoup de monuments religieux et votifs. La grande mosquée (Jama Masjid), l’une des plus spacieuses de l’Inde (165 x 133 m), pouvait accueillir environ 10 000 fidèles ; elle fut achevée en 1571-1572 et, selon l’inscription dédicatoire, était aussi sacrée que celle de La Mecque. Au centre de sa cour se trouve le tombeau de Shaikh Salim, un extraordinaire chef-d’œuvre de décor sculpté chrétien ultérieurement embelli sous le règne de Jahangir.

Continuation pour Agra.

Visite du Fort Rouge d’Agra. La construction du Fort, en grès rouge, commença en 1565, sous le règne de l’empereur Akbar, et s’acheva en 1571, sous le règne de Shah Jahan, petit-fils d’Akbar. Il marque la naissance du style impérial moghol, fusion de l’art perse du XVème siècle et de la tradition architecturale hindo-musulmane prémoghole. Le Fort d’Agra est impressionnant : non seulement il mesure 2.4 km de circonférence, mais en plus c’est une forteresse entourée d’une double enceinte. Un fossé large de 9 m et profond de 11m sépare le mur extérieur, haut de 12 m, de l’enceinte intérieure, haute de 21 m. A l’intérieur de ces murailles ont été édifiés plusieurs palais et mosquées, de grès rouge et marbre blanc. C’est un véritable labyrinthe de bâtiments qui forme une petite ville dans la ville. Ces monuments abritaient en leur temps des chambres, des halls de réception privés et publics, des appartements d’été et d’hiver ainsi que des lieux de prière.

Nuit à l’hôtel.

Jour 9 : AGRA / DELHI

Petit déjeuner à l’hôtel.

Visite du célèbre Taj Mahal (fermé lé vendredi), noble et tragique chant d’amour de Shah Jahan à son épouse Mumtaz Mahal, morte en couche. Ce magnifique monument fut achevé en 1659 après 14 ans de travaux effectués par 20.000 ouvriers travaillant avec des experts venant en particulier de Perse, de France, d’Italie et de Turquie. Se dressant sur une plate-forme de marbre blanc au nord de jardins d’ornement, la structure centrale du mausolée se termine par un dôme bulbeux qu’encadrent quatre petites coupoles et est constitué de marbre blanc semi-translucide, sculpté de fleurs et incrusté de milliers de pierres précieuses. Des bandeaux reproduisent des versets du Coran. Quatre minarets isolés complètent cette structure.

Route pour Delhi.

Transfert à l’aéroport de DELHI.

L’ordonnancement des visites pourra être directement modifié sur place en fonction des impératifs techniques et des horaires de transport.

Date d’arrivée à New Delhi

 

 

30 juillet 2017

13 août 2017

27 août 2017

10 septembre 2017

24 septembre 2017

08 octobre 2017

22 octobre 2017

05 novembre 2017

19 novembre 2017

03 décembre 2017

17 décembre 2017

14 janvier 2018

28 janvier 2018

11 février 2018

25 février 2018

11 mars 2018

25 mars 2018

08 avril 2018

Prix  / personne  partageant une chambre double

 

475 €/ personne

475 €/ personne

475 €/ personne

475 €/ personne

475 €/ personne

475 €/ personne

475 €/ personne

475 €/ personne

475 €/ personne

475 €/ personne

475 €/ personne

511 €/ personne

511 €/ personne

511 €/ personne

511 €/ personne

511 €/ personne

511 €/ personne

511 €/ personne

 

Prix  supplément single  / personne

 

 

185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne
185 €/personne

185 €/personne

185 €/personne

 

 

Nuit supplémentaire  25 € à Delhi  au début ou à la fin de voyages selon les horaires des vols.

 

NOS PRIX COMPRENNENT:

  • L’hébergement  en chambre double,  dans les hôtels cités ou similaires, petit déjeuner hors boissons
  • Tous transferts, visites et excursions : en véhicule climatisé
  • Les droits d’entrée dans les sites archéologiques et monuments classés par L’UNESCO.
  • Le réseau routier indien est de qualité moyenne, les temps de circulation peuvent être plus importants que prévu, mais la qualité des découvertes compense ce léger inconfort
  • Guide francophone à partir de 6 personnes. En deçà : guides locaux francophones ou anglophones à la journée en fonction des disponibilités
  • Montée au fort d’Amber à dos d’éléphant (ou à défaut en jeep).
  • Balade en calèche à Agra et balade en Rickshaw à Jaipur
  • Groupe limité à 16 participants
  • Départ garanti à partir de deux participants
  • Les taxes de séjour et taxes gouvernementales connues à ce jour.

 

NOTRE DEVIS NE COMPREND PAS:

  • Ce prix ne comprend pas les prestations suivantes: gratuité, les vols intérieurs et internationaux, le supplément chambre individuelle, les taxes d’aéroport, les visas, les pourboires, les dépenses à caractère personnel (téléphone, blanchisserie…etc.), les boissons, toutes éventuelles nouvelles taxes gouvernementales, hausses carburant et augmentations de droits d’entrée.Une taxe pour le matériel vidéo est parfois demandée à l’entrée des monuments

 

Visited 4364 times, 2 Visits today

Add a Review

Rate this by clicking a star below:

Related Listings